Navigation | de l'architecture !

19 mars 2015

Est-ce que c’est xénophobe de ne pas aimer les tours ?

 

Je voudrais revenir sur mon article concernant la tour triangle. Non pas pour le remettre en cause, ni pour le contredire mais plutôt comme une continuation critique.

Il faut dire que cet article m’a laissé un goût amer dans la bouche. Ça finissait sur cette phrase-accroche : « construire un gratte-ciel à Paris c’est comme construire une pagode à Marseille : pourquoi pas, mais ça fait bizarre ». Outre la formulation un peu pataude — on peut se demander ce que vient faire Marseille dans cette histoire — la proposition semblait dénoter une sorte d’anti-américanisme primaire, voire même, pour le dire franchement, une idée xénophobe (ce qui vient de l’étranger n’est pas bon à prendre). Un type de bâtiments peut-il être mauvais pour la seule raison qu’il vient d’une autre culture ? Prenons donc le temps de clarifier cette question, sujet sensible oblige.

D’abord il y a une différence entre « ne pas aimer les gratte-ciel » et « ne pas aimer les gratte-ciel à Paris ». Que ce soit à New-York, à Shanghai ou à São Paulo, les tours constituent aujourd’hui des paysages urbains avec leurs qualités propres. On peut certainement apprécier l’expérience d’une forêt de grands immeubles, s’y promener avec émerveillement, l’observer de loin comme on observe une chaîne de montagnes, se sentir tout petit face à ces immenses silhouettes. Je dis «certainement» car je n’ai jamais fait cette expérience ; mais je remarque qu’il y a une certaine harmonie, des jeux de rapports, une composition dans ces ensembles de gratte-ciel. Construire une tour de plus à New-York, Shanghai ou São Paulo c’est travailler cette harmonie, la renforcer. On n’imaginerait pas y construire un immeuble haussmannien ! Car c’est ça qui viendrait en rupture, qui gâcherait la force de ces paysages.

C’est un premier point. Mais je m’aperçois qu’on n’a pas vraiment fait avancer le problème. Dire qu’on aime bien les étrangers tant qu’ils restent chez eux n’est pas moins xénophobe que de dire qu’on n’aime pas les étrangers tout court. Il faut donc continuer la réflexion. En y re-pensant, peut-être que les gratte-ciel n’ont pas à être absolument bannis de l’environnement parisien. Peut-être qu’ils pourraient s’adapter?

Ce qui me choque dans les images d’une tour à Paris, c’est la rupture qu’elle crée avec son environnement. Par la taille d’abord : un immeuble de plus de 180 mètres n’est pas en rapport avec les bâtiments de 32 mètres qui l’entourent. La différence est trop grande pour que ces deux hauteurs aient quelque chose à voir l’une avec l’autre. Je n’invente rien : le nombre d’or, le Modulor de Le Corbusier, le nombre géométrique de Hans van der Laan… toutes ces recherches nous ont appris à articuler les échelles de grandeurs par des rapports harmonieux. On ne passe pas d’un bâtiment de 32 mètres à un bâtiment six fois plus grand sans transition entre les deux. Voilà pour la première rupture.

La deuxième rupture est déjà plus discutable : c’est une question de matériau. Construire en verre n’est, à priori, pas très parisien. Une fois de plus, il ne s’agit pas d’une idée abstraite mais d’un constat basé sur l’existant. Les immeubles du XVème arrondissement de Paris ont généralement des façades maçonnées recouvertes d’un enduit clair. Pourrait-on imaginer un gratte-ciel parisien, moins haut que la tour triangle, avec des façades maçonnées et des fenêtres à la place des murs rideaux ? Un tel gratte-ciel serait-il plus en accord avec son environnement ? Ou bien obtiendrait-on un monstre ?

J’ai fait le test. Et comme d’habitude, c’est à chacun de se faire son propre avis :

avant apres2

Pour en revenir à la question de départ, faut-il demander aux gratte-ciel de s’adapter au contexte parisien ? Dans l’état actuel, le résultat n’est pas très concluant. Ça demanderait à être retravaillé, il faudrait prendre le temps d’une vraie recherche formelle : comment atteindre la grande hauteur sans rompre avec le contexte parisien ? Qui s’y colle ? Jean Nouvel, ça vous tente ?

Mais attendez voir… Demander aux étrangers de s’adapter à la France, est-ce que ce n’est pas toujours un peu xénophobe ? Si. Seulement, il faut rappeler une chose : les objets culturels, et parmi lesquels les immeubles, ne sont pas des personnes. Ils ne prennent pas l’avion, ils ne tombent pas amoureux, ils n’ont pas des enfants… Ce que je veux dire c’est que ma question de départ était viciée : on ne peut pas être xénophobe contre des bâtiments. On ne peut être xénophobe qu’envers des personnes. Et si c’est bien la diversité des personnes qu’on fréquente qui fait la beauté d’une vie, on a intérêt, pour ce qui est de nos rues et de nos villes, de nous entourer d’harmonie et de beauté. Alors, après tout, un gratte-ciel en enduit blanc, pourquoi pas ?

Par hugo grail le 19 mars, 2015 dans critique
Pas encore de commentaires

12345...7

Meta

Liens

Jeremstarlette |
Le Navigateur modzilla firefox |
La4ème7 |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Leclosvendome
| Représentants des parents d...
| Lbinaryscam